Chenille processionnaire, en octobre, luttons pour s'en débarrasser

Chenilles processionaires

A l'aide d'insecticide biologique à base de bacille de Thuringe

L’invasion des chenilles processionnaires des pins pose problème. En effet, elles font perdre leurs aiguilles aux pins et les affaiblissent.

De plus, en début de printemps, au moment des processions de chenilles, leurs poils urticants (1million de poils par chenille !) sont responsables d’affections chez l’homme et l'animal.

  • Durant le mois d’octobre, quand la chenille de couleur jaune vert est longue de 3 mm à peine il est possible de réaliser des traitements à l’aide d’insecticides biologiques à base de bacille de Thuringe (vendus en jardinerie), sans risque pour l’environnement et pour la santé humaine. Ce bacille serait aussi efficace contre d’autres types de chenilles comme la pyrale du buis.
     
  • Autre moyen de lutte : accueillir des mésanges dans nos parcs et jardins. C’est le cas notamment grâce aux nichoirs installés dans le parc Lesdiguières.

 

 

Un arrêté municipal, en date du 11 septembre 2012 précise les obligations des propriétaires et locataires.


Un développement important de chenilles processionnaires du pin a été constaté depuis plusieurs années dans les arbres de la commune. Une forte prolifération provoque un dépérissement des arbres à moyen terme. En outre, ces chenilles possèdent des poils urticants pouvant provoquer chez l'homme des démangeaisons, œdèmes, troubles oculaires ou d'autres symptômes plus ou moins graves.

  •  Lutte écologique

Pour la première fois, de juillet à octobre 2011, le service espaces verts de la ville a laissé fonctionner sur 60 pins, des pièges à phéromones, écologique et respectueux de l'environnement.
Ces pièges, accrochés aux branches du pin, diffusent par l'intermédiaire d'une capsule, l'odeur du papillon femelle. Attirés, les papillons mâles rentrent dans le piège, puis meurent d'épuisement.

  • Durant la période hivernale

Il convient d'éliminer le plus rapidement possible les branches infectées. On repère les chenilles puisqu'elles nichent dans des cocons blancs en hiver (voir photo ci-contre). Il faut se protéger le plus possible (gants, masque, bonnet, lunettes et vêtements couvrants) avant de couper une branche occupée car les poils urticants s'envolent et peuvent s'inhaler. Une fois à terre, les cocons seront placés dans un récipient sur lesquels on versera de l'eau de Javel pure (elle dissout les fibres du cocon). Les chenilles sont alors accessibles et peuvent être tuées d'un coup de bêche ou incinérées. On peut aussi brûler les cocons mais la combustion est très lente et les chenilles ne meurent pas toujours.

Enfin, si les cocons sont placés au sommet de l'arbre, il est préférable de faire appel à des professionnels de l'élagage qui se chargeront de les éliminer en toute sécurité.

  • Une initiative locale écologique
La copropriété Le Victor Hugo a mis en place des éco-pièges qui s’installent sur le tronc des arbres infestés par les cocons blancs des chenilles processionnaires.
Lorsque les chenilles vont quitter leur nid d'hiver (cocons blanc) en procession le long du tronc, elles vont être stoppées dans la collerette de l'éco-piège et n'auront pas d'autre solution que de descendre dans le tube qui mène dans un sac rempli de terre. Là, elles vont s’enterrer. Une fois toutes les processions terminées, (mai) il suffit de décrocher le sac et de l’amener à la déchetterie.
 
  • Renseignements et conseils :

service des espaces verts : 04 76 70 53 68