Actions entreprises par la ville pour la planète

En s'équipant de véhicules moins polluants, en offrant la possibilité à ses agents de circuler à vélo, en réduisant la consommation de l'éclairage public, en inscrivant ses projets de construction dans une démarche de qualité environnementale... la ville agit au quotidien pour une meilleure qualité de vie.

Rouler propre

Pour se déplacer en mode doux, les agents ont plusieurs solutions :
- 8 voitures propres
- 15 vélos (8 classiques et les 7 à assistance électrique),
- la marche à pied
- les transports en commun.

Cette acquisition fait partie d'un ensemble de mesures inscrites dans le Plan de déplacement administratif de la ville (PDA) signé en septembre 2010 et destinées à promouvoir une gestion durable des déplacements domicile/travail des agents et des déplacements professionnels.

Une toiture végétalisée à l'école maternelle Chamrousse

Des sédum, plantes "grasses" très résistantes aux fortes températures, plantées dans un mélange de terre, de pierres et d'écorces, recouvrent désormais les 630m2 du toit de l'école.
Une toiture végétalisée, pourquoi ?
En plus d'être belle, elle valorise l'habitat et possède de nombreux avantages : isolation thermique, phonique et purification de l'air. Le toit vert est une technique novatrice de lutte contre les gaz polluants, absorbés et transformés par la photosynthèse des plantes.

Economiser l'énergie, et réduire la pollution lumineuse

Sur 7 carrefours, les ampoules des feux tricolores vont progressivement être remplacées par des ampoules LED à basse consommation. De jour comme de nuit, sur un carrefour, la consommation passera de 280 watts à 40 watts. Depuis 5 ans, le système d'éclairage public des 1600 lampadaires évolue. Dans les ampoules, la vapeur de mercure est remplacée par du sodium haute pression et fait réaliser une baisse de consommation de 100 watts sur chaque lampadaire.
Un changement du gaz utilisé dans les ampoules est également effectué sur les petites bornes des parcs, places et squares. Le passage du sodium aux iodures métalliques permet de réaliser une économie de 55 watts. La durée d'éclairage est optimisée par de meilleurs réglages des cellules photosensibles.
Un dispositif est à l'essai durant 2007 : rue de la Résistance, les éclairages publics vont être installés en bi-puissance. En période creuse (au cœur de la nuit), la puissance passe automatiquement de 150 à 100 watts. Cette baisse de puissance permet d'agir également sur la réduction de la pollution lumineuse.
Au gymnase Louis Carrel, profitant de la rénovation des vestiaires, un système d'extinction automatique des lumières a été mis en œuvre. Il est appelé à se généraliser lors des prochaines rénovations.

Vers une gestion raisonnée des espaces verts

Depuis quelques années les jardiniers de la ville se sont engagés à pratiquer une gestion différenciée des espaces verts, c'est à dire un entretien des espaces de la ville plus respectueux de l'environnement et adapté aux spécificités de chaque lieu (usage, biodiversité, etc...). Parmi les actions mises en places :
 

  • Le fauchage raisonné effectué aux périodes judicieuses, entre une et trois fois par an permet de respecter le développement de la biodiversité, comme c'est le cas dans le parc Lesdiguières depuis juillet 2014
     
  • Vers le "Zéro" phyto : respectueux des équilibres écologiques, le service espaces verts limite l’utilisation des produits phytosanitaires (pesticides, désherbants...) pour parvenir à terme à "zéro" sur l’ensemble des espaces verts mais également sur les trottoirs, les bordures, les pieds des arbres.
     
  • Le désherbage se fait à la main ou à l'aide d'une bêche et limite ainsi les pollutions du sol
     
  • Broyage et paillage : lors des coupes et tailles des arbres et arbustes, les jardiniers favorisent leur broyage et répandent le broyat (copeaux) au pied des fleurs et arbustes pour conserver un sol humide limitant ainsi l'arrosage et les mauvaises herbes. On appelle cette technique le paillage.

Marchés publics

Depuis l'automne 2006, le nouveau code des marchés publics ouvre la possibilité de prendre en compte le respect de l'environnement et le critère social. La commune s'emploie à utiliser ces critères pour ses marchés (définition des besoins, exécution du marché). En particulier, les entreprises doivent s'assurer du tri des déchets lors des chantiers.

Tri des déchets

Toutes les cartouches d'encre, les néons, les ampoules basse consommation, les piles... des services de la ville sont récupérées et recyclées. Un point d'apport volontaire accueille les piles usagées (située rue Général Mignot).
Tous les locaux de la ville sont équipés de poubelles permettant de trier les déchets.